hydrogynesis – Alexis Cicciù, Eva Galtier, Tatiana Karl Pez, Philippe Turc, Hazel Ann Watling et Robert Watling

du 5 au 15 avril 2018
Alexis Cicciù, Eva Galtier, Tatiana Karl Pez, Philippe Turc, Hazel Ann Watling et Robert Watling

Le metaxu propose une exposition collective qui réunit des artistes inspirés par l’esthétique sous-marine.
hydrogynesis est un mot hybridé à partir de deux racines grecques δωρ/hýdōr (eau) et yuvη/guné (relatif aux femmes).
Le temps d’une plongée dans l’image, six artistes interrogent avec malice la figure mythologique de la sirène, les motifs aquatiques et notre appétence au voyage maritime et ses saveurs salées.

 

mâtottem – Judith Espinas


Le metaxu invite l’artiste Judith Espinas à Toulon pour une collaboration en deux temps, deux lieux. L’artiste emporte avec elle une oeuvre achevée et des recherches en cours pour rejouer sur place le temps d’un atelier résidence sa pratique.
Les artistes du metaxu Benoît Bottex, Jean-Loup Faurat, Pauline Leonet et Bénédicte Thoraval quand à eux créent un espace hybridé, un paysage inattendu pour accueillir son oeuvre.
Le second volet se déroulera à Bruxelles, les artistes déplacent à leur tour une oeuvre depuis Toulon et Judith Espinas développe un contexte pour poursuivre le dialogue.

PRJNT

 

Vendredi 23 et samedi 24 février 2018

Le metaxu espace d’artistes en partenariat avec l’école supérieure d’art et design TPM présente une situation inédite de travail d’atelier autour de l’édition.

PRJNT est un atelier, espace temps où l’on fabrique des fanzines, des petites éditions.

Le metaxu s’est tranformé deux nuits en lieu de travail ouvert à tous les artistes et aux étudiants de l’école supérieure d’art.

L’école supérieure d’art et design TPM invite le duo The Bells Angels à la suite de leur intervention à l’école.

Une exposition du travail des étudiants avec le duo  visible tout le week end.

 

 

 

 

PRJNT a réunit aussi des artistes qui ont une expérience de l’édition pour une présentation de leur travail et un échange.

 

 

Pierre Beloüin — la revue optical Sound

Bénédicte Thoraval & Camila Farina – ‘‘sweet light  »

Hélène Mailloux –« La monographie d’HIFIKLUB »

Asmaa Betit – ‘‘SUB-stance fanzine »

le duo Dépose Minute: 

Simon de la Porte –  « Jhon Magazine »

 

télécharger le dossier de presse ici

SynthPorn-rencontre autour de synthétiseurs

Synthporn est un rendez-vous pour les amoureux.euses des synthétiseurs. Nous nous sommes rencontrés pour discuter de nos machines, de ce qu’elles nous apportent. L’occasion de parler filtre, oscillateur, LFO, enveloppe.
Simplement pour venir pour écouter des sons, ou  pour présenter pendant 5 minutes la relation particulière que vous avez inventée avec votre synthé…
-no computer !

balade urbaine  »derrière Faron »

Balade urbaine du metaxu

Nous avons exploré l’arrière du Faron, là où loge l’inconscient toulonnais, les pensées refoulées de la ville puis nous avons effleuré les sources électriques. Une demi-journée d’expérience de la marche ensemble pour tordre la carte en faisant se toucher l’est et l’ouest par l’arrière-nord.

guide:  PaulHervé Lavessière

intimités

De l’œil à l’œuvre ou la proximité de la rétine à la matière. Les artistes du Metaxu proposent, le temps d’un regard, une caresse visuelle. À l’échelle de la pupille, les traits discrets d’un dessin, la surface granuleuse d’une sculpture, la fragilité transparente du papier ou la musique qui fait tendre l’oreille. Cinq échanges avec des œuvres encapsulées à découvrir dans une relation intime, épidermique. Un parcours à suivre au Théatre Liberté et dans le centre historique de Toulon.

PARCOURS DES LIEUX D’EXPOSITION

LE LIBERTÉ, SCÈNE NATIONALE DE TOULON
Place de la Liberté

LE METAXU
Place du globe

BRUN NOIR
20, rue de l’équerre

LE BISTROQUET
3, place de la poissonnerie

LIBRAIRIE CONTREBANDES
37, rue Paul Lendrin

Virginie Barral – démo

Virginie Barral propose un atelier de création vocale participative au metaxu . « Partir à la recherche de sa voix primale, sans filtres, voici l’objet de cet atelier.
Découvrir et apprivoiser son instrument intérieur, en toute sincérité, par la mise en œuvre de différentes techniques de respiration et de placement vocal.
Réunis en un véritable orchestre, chaque timbre aura son rôle à jouer dans l’élaboration d’une création sonore et sensitive. »

La domestication de l’art

Cinglant petit livre édité par la Fabrique, La domestication de l’art dénonce les politiques culturelles institutionnelles comme outils d’aliénation artistique, de contrôle social et d’aseptisation politique. Son auteur Laurent Cauwet nourrit le débat vendredi 19 janvier à partir de 18h30 à Contrebandes librairie d’images.